Crise sanitaire : la Métropole du Grand Paris adopte un plan de relance de 110 millions d’euros

Plan de relance de la MGP – © Métropole du Grand Paris

Après huit semaines de confinement qui ont durement impacté les entreprises et dans l’objectif de faire face aux futures crises sanitaires et climatiques, le Conseil communautaire de la Métropole du Grand Paris – réuni de façon exceptionnelle le vendredi 15 mai dernier – a adopté à l’unanimité, les 50 mesures d’un plan de relance de 110 millions d’euros. Avec ce plan, la Métropole souhaite « relancer une économie locale fortement marquée par la crise sanitaire et soutenir les différents acteurs de proximité », tout en opérant « la transition écologique de l’économie métropolitaine vers des modes de production, de consommation et d’échanges plus sobres, plus inclusifs et plus équilibrés », précise le président de la Métropole du Grand Paris, Patrick Ollier.

Ce plan, organisé en cinq axes, vise au soutien des entreprises locales, au développement des mobilités propres, à la construction durable et à l’amélioration de l’accès aux soins et aux outils numériques.

La création d’un « observatoire partenarial des dynamiques métropolitaines », intégrant des indicateurs environnementaux et d’impact sur la santé, est en effet prévue afin de faciliter l’action de la Métropole sur la santé environnementale. De même qu’un « plan métropolitain de santé et de résilience », dont la première étape sera l’établissement d’un état des lieux de l’offre de soin dans les 131 communes du Grand Paris. L’objectif est à terme, de réduire les inégalités sociales et territoriales en matière d’accès aux soins et de mettre la prévention et la santé au cœur des politiques publiques. La sécurité alimentaire sera également au cœur du plan de relance, avec l’adoption d’un plan alimentation durable intégrant le retour d’expérience de la crise sanitaire, le soutien à la production agricole locale et « l’accompagnement des communes dans leurs politiques d’achats alimentaires durables et dans la réduction de l’impact environnemental de la restauration collective des écoles maternelles et élémentaires », détaille la Métropole.

Commerce de proximité et transition écologique

Durant cette crise sanitaire, les petites et moyennes entreprises grand parisiennes ont particulièrement été touchées et la Métropole du Grand Paris compte « revivifier le tissu économique et culturel de proximité » avec la participation à hauteur de 14 millions d’euros au fonds mutualisé Résilience Ile-de-France pour les TPE et PME. Le dispositif « Mes commerces à domicile », en partenariat avec la CCI Paris Ile-de-France, proposera par exemple une cartographie des commerçants pratiquant la livraison à domicile et la vente à emporter. La Métropole va également accompagner les « managers de centre-ville » dans la phase de déconfinement, avec la création d’outils de dialogue dématérialisés et la digitalisation des commerces. Les entreprises de l’économie sociale et solidaire et les jeunes entreprises innovantes seront aussi particulièrement accompagnées.

Piste cyclable, 108 Boulevard Brune-Paris – © Vivepat/Wikimedia Commons

Le plan de relance s’appuie également sur l’accélération de la transition écologique et le développement de l’intermodalité et des mobilités douces. Ainsi, la Métropole va adopter un plan vélo métropolitain, doté de 10 millions d’euros dès 2020. Elle compte aussi mettre en place une Zone à faibles émissions (ZFE) métropolitaine, développer les énergies renouvelables et de récupération, ou encore favoriser la création d’infrastructures vertes et d’îlots de fraicheur, « dont l’agencement permet de respecter les mesures de distanciation sociale », précise le plan.

Lutter contre les précarités énergétique et numérique

L’accélération de la rénovation énergétique des logements figure également dans ce plan, avec notamment l’élargissement du dispositif de financement des audits énergétiques des copropriétés, comme prévu dans le Plan Bâtiment Durable métropolitain. Ce plan de relance prévoit également le soutien du secteur de la construction dans le cadre de l’aménagement du territoire : gestion des déchets du BTP, partenariats entre la Métropole et les acteurs des filières de la rénovation et de la construction, ou encore, financement des études de maîtrise d’œuvre des communes pour les projets structurants.

Enfin, la crise sanitaire et le confinement qu’elle a imposé, ont révélé une fracture numérique que la Métropole compte réparer. Le plan de relance a pour ambition « d’accompagner la transition numérique avec le renforcement du financement de la formation des publics fragiles via le Pass numérique et le déploiement d’un maillage métropolitain de ressourceries de recyclage de matériel informatique », explique la Métropole.